Qui suis-je ?

Alice, c’est mon prénom hérité de mes parents. Diotie, c’est mon pseudo hérité de la vie : c’est aussi l’anagramme d’une « qualité » que quelques personnes m’ont prêtée, à savoir « Idiote ».

TEDx-Bordeaux_Alice_DIOTIE

Merci à Guillaume Lefèvre – www.punchmemory.com – et toute l’équipe de TEDx Bordeaux

Née à Pessac (Gironde), j’ai toujours vécu dans l’agglomération bordelaise : une enfance à Mérignac, une vie étudiante à Bordeaux avant de déménager sur Floirac au début de ma vie de mère.

Côté étude, un bac littéraire spécialité Arts plastique en poche à 17 ans m’amène naïvement à enchaîner sur un DEUG Arts plastiques. Naïvement ? Oui, car ce parcours de formation ne m’amène, en aucun cas, vers un métier réaliste du secteur dont j’aspire depuis le collège : la communication. Ainsi, réinitialisation du GPS, direction BTS communication des entreprises pour assurer un itinéraire professionnel plus cohérent à qui je suis, à ce que je sais et à ce que je veux faire.

Côté perso, mon fils  débarque, en 2004, dans ma voiture « Projets de vie » : depuis, ce petit bonhomme est devenu un super moteur, une motivation et un bon apprenti conducteur. Un jour, lui-même sera le conducteur de sa propre vie et saura régler son GPS.

Bref, c’est l’histoire d’une citoyenne lambda qui a une vie non linéaire, non lisse. Elle ne correspond pas à l’imaginaire véhiculée par une pub du type – Le papa cadre sup’, la maman au foyer et fée du logis, deux ou trois enfants, le chien et le chat. Une petite tribu vivant dans une maison couleur pastel, dans un joli lotissement paisible à la « Wisteria Lane ». Cerise sur le gâteau : ils vivent dans un monde où le chômage, la précarité, la maladie, le divorce, un deuil, etc. n’existent qu’à la télé. – ; mon parcours de vie correspond d’autant moins à la « conformité » car je vis actuellement dans une commune de banlieue dite sensible.

Avoir une vie non lisse n’est pas grave en soi : en si prenant bien, c’est une richesse. Mais cette richesse a un coût ; si l’on tombe sur des personnes victimes de préjugés et stéréotypes, attendez-vous à devenir un présumé cas soc’ … traité en véritable cas soc’.

Voici comment, à travers ce présumé statut, je me retrouve avec un florilège d’anecdotes plus ou moins drôles dans le coffre de mon véhicule « Projets de vie  ». Et quitte à en rire, autant les partager 😉