Si toi aussi, tu es blindé.e de préjugés …

Comme vous l’aurez compris, j’ai écrit un dico, celui d’une présumée cas soc’ : soit une compilation en haute définition des « joyeusetés » apportées par les préjugés.

Penchons-nous alors sur le préjugé : il naît de l’ignorance totale ou partielle. Et quand on ne connaît pas ou peu, on a peur.

Justement la peur : pour affronter la vie, nous sommes de plus en plus à nous y réfugier.
Autant la peur fait partie de l’instinct de survie : sinon, on aurait été tous mangés par des animaux sauvages ou on aurait mangé des accidents bien graves. Toutefois, pourquoi en faire un refuge ?
Alors voici 4 raisons pour lesquelles je me pose des questions.

1 . Car les idées reçues peuvent nous rendre ridicule en public

Mercredi  15 mars 2017 : Entre ce moment où j’ai récupéré mon fils du sport et celui où on avait un rendez-vous médical, j’ai décidé de faire une course express dans un hyper du coin. Après y avoir croisé 2 jeunes bénévoles tractant pour une asso de clowns œuvrant dans les hôpitaux, on y a croisé un client du magasin, à la caisse :

– Ce monsieur : « Beh ! Je travaille pas à Auchan, moi »

– L’hôtesse de caisse : « Je vous demande juste de mettre la barre pour savoir où s’arrêtent vos achats, c’est tout »

– Le monsieur : « Vous avez qu’à demander à l’assistée de le faire, qu’est-ce que vous m’embêtez là »

– L’hôtesse de caisse : « … »

– Le même monsieur en ma direction : « Oui, vous là, l’assistée ! Z’avez qu’à mettre la barre là »

– Moi : « Euh ! C’est à moi que vous parlez comme ça !!! D’une chose l’une, d’où vous m’agressez et … »

– Le monsieur : « Ouais ! Toi là ! Tu verras dans 2 mois ! Dehors ! … »

– L’hôtesse de caisse : « Mais monsieur … »

– Le monsieur : « Elle fera moins la maligne dans 2 mois, la négresse, espèce d’assistée … »

– Mon fils : « C’est quoi son problème ?  »

Le gars, il a un souci, je crois, non ? Cela dit, il aurait pu être dans une position plus ridicule que celui qui suit.

2 . Car les a priori peuvent nous faire perdre notre latin et notre orthographe

Effectivement, des personnes enfermées dans le si douillet refuge qu’est la peur sont susceptibles d’être larguées : socialement, moralement, … et linguistiquement !

Euh ! Quel rapport avec la langue de Molière, vous me direz ? Sans plus attendre, démonstration avec Jean Louis, fâché avec le fait qu’Abdelghani  Merah, l’ainé de la fratie de M. Merah, ait effectué une marche contre l’intégrisme religieux.

Capture d'écran d'une conversation sur Facebook concernant la marche Abdelghani Merah

Capture d’écran d’une conversation sur Facebook autour cette marche

CQFD ou ce fut l’histoire d’un mec qui, fâché avec lui-même (donc avec quasi tout le monde) s’en retrouva fauché intellectuellement et orthographiquement !

De plus, Jean Louis en a perdu sa lucidité car quand on sait qu’Abdelghani  Merah a eu les tripes de rompre avec sa famille à la dérive, de filmer en caméra cachée sa sœur, Souad, tombée elle aussi dans l’intégrisme afin de la dénoncer, … Ouais, il faudrait trouver une bonne explication pour justifier les propos de Jean Louis, fâché et fauché par ses a-priori.

3 . Car nos préjugés issus de nos peurs (et vice-versa) sont une vraie prison

Comme dit précédemment via quelques articles postés où j’ai partagé les péripéties scolaires de mon fils, j’ai développé une crainte, pour ne pas dire pétoche, envers l’institution éducative … à tort et à raison.

A raison car personne ne pourra justifier la normalité du harcèlement scolaire, de la passivité de quelques agents de l’Éducation nationale en collusion avec des parents démissionnaires et/ou avec des serviteurs de la mission publique et sociale.

A tort car il existe ces irréductibles agents qui résistent encore et toujours à la sirène du dogmatisme … et des préjugés ; Leur potion magique ? La passion du métier et leur conscience professionnelle.

En effet, lors de la réunion pour la mise en place du plan d’accueil personnalisé (PAI) afin de prendre en compte les soucis d’attention de mon fils, l’équipe pédagogique a fait un bel hommage à l’étymologie du mot « pédagogie » qui mentionne le mot grec « enfant » : D’ailleurs, le bonhomme étant le premier concerné par le PAI, il y a été présent et a eu droit à la parole et à l’écoute.

Loin des bégaiements stériles et lucratifs de leurs homologues rencontrés auparavant tels que ceux « œuvrant » en AEMO, ils ont fait le job et pas seulement. En reprenant les termes de la conseillère principale d’éducation (CPE), mon fils est un élève au collège L.L.

NB : je vous citerais bien le nom de ce collège seulement, je préfère protéger mon fils qui a obtenu une dérogation pour le protéger et l’éloigner de gamins à la dérive.

Bref, l’entrée de mon fils dans ce collège nous a fait passer de ça

à ça

Bref, à l’équipe de ce collège : MERCI

4 . Car les idées préconçues aboutissent à des quiproquos humiliants

Dans la raison n°1 de ce billet, j’étais, selon le monsieur énervé de la vie, une négresse assistée qui allait dégager à mon territoire d’origine :

  • Le ventre de ma mère ? Sauf que mes 1,70 m bien entamés vont avoir du mal à s’y réinstaller et pas sûre que ma mère soit d’accord.
  • Ou alors Pessac (33 – Gironde), ma ville natale ? Pourquoi pas ? Ça fait désormais 13 mois que mon bailleur actuel m’a expliqué que ma demande de mutation allait être traitée en urgence : Soit une démarche qui prendrait 3 à 4 mois environ.

En effet, suite à une violente agression à domicile, fruit de l’exportation des violences scolaires hors des murs de l’école, j’ai décidé de divorcer avec la vie d’habitante d’une commune qui m’écœure ;

Oui Floirac, cette commune qui a accueilli, dimanche 19 mars, le tournage d’un clip du rappeur Fianso ou Sofiane ; Seulement l’événement est parti en cacahuète, bisbilles entre spectateurs, jets de cailloux et autres projectiles, le tout suivi d’une intervention policière.

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d'écran Facebook) 1/3

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d’écran Facebook) 1/3

Jusqu’ici, tout va bien …

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d'écran Facebook) 2/3

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d’écran Facebook) 2/3

Jusqu’ici, tout va (presque) bien …

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d'écran Facebook) 3/3

Le tournage du clip de Sofiane en commentaires (capture d’écran Facebook) 3/3

Le plus dur n’est pas la chute, mais l’atterrissage

Ou comment en 4 jours, je suis passée de « négresse assistée » à « connasse susceptible de voter FN » car n’étant pas d’accord avec des filles jouant les victimes exagérées de la société et de la police. Dont acte !

Entre nous, les yeux dans les yeux, cas soc’ ou pas, présumé cas soc’ ou pas, on est tous atteints de « préjugé-ite » plus ou moins grave. Pour en réduire efficacement les symptômes, mieux vaut apprendre à ouvrir les yeux … de la raison, n’est-ce pas ?

8 réflexions sur “Si toi aussi, tu es blindé.e de préjugés …

  1. Waw. Ton article est pleins d’émotions. Il m’a beaucoup touché ! Je ne pensais pas que les gens étaient si méchant. Tu vois, je devrais sortir un peu de mon petit monde de paillettes où tout est beau et tout est rose et ouvrir les yeux sur ce qu’il se passe. Moi, on m’insulte parce que je suis toute tatoué, mais je ferme les yeux sur tous ça, surement parce que j’ai peur d’affronter les gens, et je devrais pas. Je trouve ça lamentable que tu es à subir de telles insultes et qu’on te méprise comme ça. Je suis sur le cul, mais vraiment contente d’avoir lu cet article ! Merci à toi de partager des choses comme ça, sa m’apporte beaucoup.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Lisa : en te conseillant de garder en tête les paillettes : ne te laisse pas enlever les belles choses que t’apporte la vie 🙂 Le monde est ce qu’il est et je te rassure, tu n’es pas une peureuse face aux pauvres gens qui t’insultent à cause de tes tatouages : c’est eux les peureux effrayés par leur propre ignorance et préjugés

      J'aime

  2. Ce genre de sujet dont ton article parle me laisse toujours sans voix, la façon de penser de certaines personnes c’est effarant mais malheureusement commun. Où je vis les préjugés sont énormes mais pas trop de violence visible, mais les gros-les minces, les riches-les pauvres mais aussi ceux du village-ceux de la ville… « tu devines que je viens de la ville » mais cela m’est égal et j’essaye d’ignorer. A bientôt. Bisous.

    Aimé par 1 personne

  3. non mais les gens sont graves!!! à insulter gratuitement comme ça et a dire des -désolé du mot- conneries plus grosses qu’eux… on vit clairement dans un monde de dingues :/ je vois quand j’étais jeune, mon surnom à l’école c’était « guenon » parce que je suis métisse… maintenant que j’y repense je trouve ça totalement lamentable… bref, j’ai décidé de ne plus m’en occuper et grand bien m’a fait 🙂 bref, merci pour cet article 🙂 (et HS ! j’ai habité à Mérignac, j’adore ce coin 😀 :D)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s