Harcèlement Scolaire

ou comment le harcèlement scolaire est su et donne l’impression d’être approuvé.

Loi du silence : on dit souvent que le silence est d’or. Mais parfois, il est une prison en plaqué or instaurant une sécurité illusoire.

Harcelement-scolaire

Qui ne dit mot consent.

Alors comme ça, le clip anti-harcèlement scolaire réalisé Mélissa Theuriau fait polémique.

Il « choque tellement » que plusieurs syndicats d’enseignants ont demandé au ministère de l’Éducation Nationale le retrait de cette vidéo de la campagne de communication, à l’occasion de la journée nationale contre le harcèlement scolaire, ce jeudi 5 novembre.

J’entends bien les arguments de Paul Devin, secrétaire général du SNPI-FSU. Comme le disent ses comparses syndicaux, il ne faut pas penser réduire le harcèlement scolaire à un dysfonctionnement de l’école et d’un désintérêt des équipes éducatives. Et comme nous sommes dans un monde qui a tendance à simplifier et caricaturer les faits, je comprends les craintes de cette corporation.

Seulement, jouer les vierges effarouchées et cacher la poussière sous le tapis provoque un doute sur la sincérité de ce courroux syndical. En effet, chers enseignants en colère, je souhaiterai connaître votre réaction si vous viviez ceci :

  • Votre enfant rentre de l’école avec les narines ensanglantées, car un « camarade » lui a collé une beigne. Cause du geste de ce fameux camarade : il voulait empêcher votre enfant de « balancer » à un adulte le fait de s’être fait insulter, pour la énième fois (je vous évite les termes car il y a de quoi saigner des oreilles). Malgré les soins de l’équipe scolaire, votre enfant a pissé le sang et la directrice a envisagé d’appeler le SAMU. Par contre, il ne lui est pas venu à l’esprit de vous appeler, vous, parents de l’enfant. Plutard, vous vous rapprochez de la directrice pour savoir ce qu’il s’est passé. On vous répond un « Ah ! bon, il s’est passé ça ? » avant de faire fi de se rappeler vaguement des faits en vous sortant un « Ah ! Oui, c’est vrai, votre enfant s’est fait mal ».
  • Votre enfant rentre à la maison avec un pansement au doigt. Vous lui demandez ce qu’il lui est arrivé. Il vous explique qu’un camarade lui a planté une punaise dans le doigt, pendant la récréation. On lui a mis des pansements, à plusieurs reprises, tout le long de la journée. Vous appelez la directrice pour comprendre ce qu’il s’est passé. Elle vous indique qu’il ne s’est rien passé car elle n’est au courant de rien. Plutard, vous revenez à la charge car ce n’est pas la première fois que des faits similaires ont lieu : on vous répond que le camarade à la punaise a nié les faits donc il ne s’est rien passé.
  • Une petite camarade de votre enfant vient à votre rencontre, à la sortie de l’école. Elle vous demande si c’est vrai que votre enfant est un attardé mental et qu’il a une maladie car il était dans un établissement spécialisé. Interloqué, vous lui demandez pourquoi elle tient des propos pareils. Elle vous apprend que la psychologue scolaire a réuni les élèves sous le préau, pour les informer que votre enfant à prendre avec des pincettes. Aux dires de la professionnelle de l’éducation, elle était persuadée que votre enfant avait une forme d’autisme (TED NS) et qu’il était déficient intellectuel : elle s’est donc sentie légitime d’étaler, sur la place publique, ces affirmations car basées des propos de l’ancien établissement de votre enfant. Or cette fameuse structure a émis un diagnostic médical erroné qui a été parfaitement contredit par le CHU de Bordeaux. Bref, votre enfant n’a aucune forme d’autisme et il n’a aucune déficience intellectuelle. Seulement, l’initiative de la « psy » scolaire a eu un beau résultat : des coups, des insultes, des menaces à répétition (NB : Votre enfant ne devait surtout pas se défendre tout seul sinon cela se retournait contre lui).
  • Allez, une dernière anecdote pour la route : votre enfant s’est vanté d’être allé voir les Bleus pour un match contre la Serbie. Il en est d’autant plus content que les hommes de Didier Deschamps ont gagné. Néanmoins, votre vantard d’enfant a suscité de la jalousie de la part d’un camarade : ce dernier a décidé d’attribuer à votre enfant le qualificatif de menteur et d’autres joyeusetés. Et tant qu’à faire, il a décidé de l’exclure du foot, pendant les récréations. Mieux encore, d’autres élèves se sont joints à l’ « embrouille » en giflant et insultant votre môme. La directrice a été mise au courant et a réprimandé les fautifs : toutefois, une des élèves a tenté de justifier sa gifle sur votre enfant en affirmant que ce dernier aurait dit « Je vais te lécher les parties génitales » et la directrice vous a donc relayé ces accusations. Seulement, coup de théâtre : la petite élève s’est excusée, le lendemain, d’avoir giflé votre enfant et d’avoir inventé les fameux propos « Je vais te lécher … ». Mal à l’aise, la directrice a expliqué à la petite fille que ce n’était pas bien d’inventer de tels mensonges. Par contre, la chef d’établissement ne s’est pas excusée auprès de votre enfant ni de vous pour avoir bêtement relayé les propos calomnieux de la fillette fautive. Cerise sur le gâteau, votre enfant et vous n’en êtes pas étonnés, car, là encore, ce n’est pas la première fois que des faits similaires arrivent.

Certes, on ne peut pas et on ne doit surtout pas faire de généralités quant à l’apathie de certains enseignants face au harcèlement scolaire.

Mais franchement, y-a-t-il lieu de polémiquer sur une vidéo d’une minute expliquant que si on ne parle pas, cela ne s’arrête pas ? Prenez plutôt une minute pour réfléchir sur ce que vous pouvez faire pour qu’un gamin ose vous parler. Prenez également au moins une minute pour agir de manière pragmatique au lieu de sur-réagir à une vidéo.

Merci d’avance.

PS : J’ai une gratitude infinie envers l’apathie de l’école Albert Camus de Floirac (sous les directions au turn-over digne d’un Mac Do de Mmes Sarraute, Saussès, Maudet et Christophe) ainsi que de celle de Mr Ruaud de l’inspection académique de la circonscription de Floirac et du service Éducation de la mairie de Floirac (Mme Christine Larouche Juillet et Mr Galan, malgré la tentative d’action de la regrettée Mme Cantet) ; « Grâce » à eux, je peux me permettre de m’exprimer sur un sujet comme le harcèlement et autres violences scolaires. Heureusement, mon fils est entouré et il est relativement costaud mentalement. Mais combien n’ont pas cette chance ?

10 réflexions sur “Harcèlement Scolaire

  1. Tous les enseignants qui ont fauté dans votre cas ne devraient pas s’en tirer si faclement. Travailleurs sociaux, « éducateurs », psy de bazars, CMP mal avisés, aussi longtemps que la sanction ne tombe pas, l’impunité sert leur business du social.
    Nous connaissons ces situations face auxquelles l’institution est défaillante, nous avons testé tous les intervenants, syndicats corporatistes (plénoasme) et même le fameux défenseur des droits : les résultats sont atterrants.
    Mais qui nous protège de nos gardiens et pourquoi avons-nous abdiqué nos responsabilités en croyant que l’Etat était la solution alors que comme le disait Ronald Reagan : « les dix mots les plus terribles et les plus faux sont JE SUIS L’ETAT ET JE SUIS LA POUR VOUS AIDER

    Aimé par 1 personne

    • Oh que oui d’autant que 2 semaines après avoir reçu une « gentille » injonction du « second » de l’Inspection Académique de Bx me demandant de me taire, sous peine de conséquences fâcheuses, mon fils s’est fait agressé directement à la maison (plainte en cours et changement d’école puis de secteur pour le collège). Concernant le harcèlement scolaire, avec un conseil d’une agente de la Police N. et surtout pour mon fils, je prépare une plainte. Quant aux acteurs d’une chaîne sans nom du médico-social, comme il y a faute médicale (et non erreur), je dois et vais faire le nécessaire pour qu’ils prennent leur part de responsabilité … Les fameuses menaces de représailles ne peuvent plus fonctionner sur moi, ni sur mon fils : Le pire étant de ne rien dire et de ne rien faire.

      J'aime

  2. Merci à vous car je veux bien en discuter : d’autant que j’ai parcouru quelques articles sur votre site qui compilent de pertinentes informations utiles à ce qu’il est nécessaire de faire … pas seulement pour mon fils ; Bref nous devons nous mettre en contact

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s